Sans émotion, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l’apathie en mouvement

Carl Gustav Jung

Qu'est-ce que la kinésiologie?

La kinésiologie est une approche globale de l’individu, prenant en compte tous ses aspects :
• émotionnel (psychisme)
• biochimique (physiologie)
• structurel (physique)
• énergétique
Ces quatre aspects de l’être humain sont en interrelation constante les uns avec les autres.

Notre santé et nos émotions sont intimement liées. En équilibrant le corps ou les émotions, on permet de rétablir un équilibre global chez la personne, de stimuler ses forces d’auto-guérison et surtout de lui donner les moyens de grandir et de s’épanouir.

L’outil de base est le test musculaire. Il permet d’interroger le corps, afin d’identifier le stress et l’émotion qui ont généré le trouble physique ou psychique. On pourra remonter à l’origine du déséquilibre et trouver la correction nécessaire. Grâce à lui, on pourra aussi déterminer la correction la plus adéquate.
Grâce au test musculaire, on peut trouver des solutions propres à chacun. 

Toutes les informations obtenues sur les causes de la problématique et le fonctionnement de la personne au travers des différentes méthodes, sont des informations que la personne est prête à entendre et à gérer. Votre corps n’ira jamais plus loin que vous ne pourriez le supporter. Il est votre Ami, inconditionnellement.

Plusieurs techniques peuvent être utilisées pour rééquilibrer, telles que :

• des équilibrations énergétiques sur les bases de la médecine chinoise (massage ou simples touchers de certains points du corps)

• des exercices oculaires ou des mouvements des membres pour la coordination et la synchronisation des hémisphères cérébraux ;
des visualisations, …

Le test musculaire

Les différentes techniques de kinésiologie ont pour point commun l’utilisation du test musculaire.

Dans les années 60, George Goodheart, chiropraticien américain, a découvert que tout stress peut abaisser le tonus d’un muscle.

En effet, confronté à différents facteurs de stress, que ce soit un facteur physique, un dysfonctionnement du système organique, une perturbation dans un méridien énergétique ou une émotion ou pensée perturbatrices, un muscle « verrouillé » (fort) peut se «déverrouiller» (devenir faible).

Des expressions populaires telles que, “les bras m’en tombent” ou “j’ai les jambes coupées” lorsqu’on nous annonce une nouvelle terrible, en sont les démonstrations les plus parlantes. Effectivement, sous stress, les muscles “déverrouillent”.

C’est cette relation que nous utilisons en kinésiologie. Nous allons à la recherche du déverrouillage du muscle pour connaître :

• l’objectif prioritaire à travailler,

• l’origine du stress : interroger la mémoire du corps où est stocké toute l’information de notre vécu qui conditionne nos comportements : colère, angoisse, tristesse, et nous empêchent parfois de bénéficier de tout notre potentiel énergétique de base.

• les déséquilibres énergétiques, de préciser la nature et l’origine de ces déséquilibres

• les corrections dont votre corps a besoin ainsi que de vérifier si les corrections ont été efficaces

• si le stress a bien disparu en fin de séance

En pratique :

Vous tenez votre bras dans une position déterminée.
Le kinésiologue exerce une très légère pression sur le bras qui permet d’évaluer la tonicité musculaire.

Le test porte sur le tonus, et non sur la force musculaire, le muscle perdant de son tonus dès qu’il est soumis à un stress. Le kinésiologue reçoit alors une réponse binaire (non stress/ stress).

Aucun effort n’est nécessaire. Vous devez juste être détendu et ne pas bloquer votre respiration.

A qui s'adresse la kinésiologie ?

La kinésiologie s’adresse autant à l’adulte qu’à l’enfant.

Avec les enfants, je travaille dans le respect de ce qu’il est d’accord et capable de faire. Le parent qui accompagne reste avec l’enfant. Sa présence lui permettra de mieux saisir les difficultés et les besoins de son enfant, et il pourra ainsi d’autant mieux le soutenir au quotidien.

Pour le très jeune enfant ou le bébé, le travail se fait avec le parent accompagnant l’enfant par la technique du transfert – utilisation du test sur le parent pour son enfant.

Grâce au test musculaire, cette technique peut aussi très bien convenir à l’adolescent qui n’a pas envie de se « raconter ».

Pourquoi consulter ?

Les raisons qui amènent à consulter un kinésiologue sont nombreuses.

La kinésiologie vous aide à mieux gérer au quotidien différentes formes de stress liées à votre santé, votre vie privée ou professionnelle, ou encore à la vie scolaire de votre enfant.

Elle peut vous aider à surmonter :

• les maux chroniques : les maux de dos, les migraines, les troubles du sommeil, la boulimie, l’anorexie, les maux de ventre, les maladies chroniques, les allergies, etc.

• les souffrances morales telles que la mélancolie, l’indécision, les phobies, les difficultés d’orientation et de choix de vie, la culpabilité, le manque de confiance en soi, l’anxiété, la dépression, etc.

• les difficultés d’apprentissages par la kinésiologie éducative : mémoire, attention, concentration, compréhension, lecture, écriture, calcul, tout en renforçant la confiance en soi.

La kinésiologie ne remplace en aucun cas le médecin ni les médicaments prescrits. Elle peut être en complément d’un traitement médical ou thérapeutique quel qu’il soit.

Mais, grâce à la kinésiologie, on peut être amené à ne pas reproduire le même schéma et par conséquent à ne pas rechuter en découvrant la voie de la guérison à long terme.

Comme tout travail sur soi, une démarche en kinésiologie demande un investissement personnel et une bonne conscience de ce que l’on veut changer dans sa vie!

Si vous hésitez ou vous posez des questions, n’hésitez pas à me contacter par email ou par téléphone. C’est avec plaisir que je répondrai à vos questions.

Nombre de séances nécessaires

Cela s’avère très variable selon les personnes et les objectifs à atteindre.

Cependant, en moyenne, on obtient un bénéfice au bout de la 3ème séance. Pour certaines personnes, une amélioration sera ressentie dès la première séance ; pour d’autres, il en faudra plus.

Parfois, il y a beaucoup de défenses à éliminer avant que le corps ne permette de rentrer dans le “vif du sujet”. Parfois, il y a d’autres problèmes qu’il faut éliminer avant. C’est toujours le corps qui décide de la priorité dans laquelle on va travailler.

Fréquence des séances

La moyenne que l’on peut observer se situe autour de 2 à 6 semaines d’intervalle entre deux rendez-vous, temps nécessaire à l’intégration du travail. A ajuster en fonction des besoins de chacun.